LE RHETO TROPHY 2008

 

Le rendez-vous était fixé à 5h45 au Carrefour près du Collège.

L’arrivée tardive d’un des membres du « Rhéto Trophy » n’avait pas tout à fait  la silhouette musclée et imposante de l’habituel retardataire, puisque c’était Sophie, cette fois, qui se permettait cet outrage.

Malgré l’air décontracté de Mr Moris, dont l’accoutrement tenait de rigueur (un short(y) ? et de vaillantes sandalettes !), il était bientôt temps pour lui d’attraper des sueurs froides….  En effet, Antoine, le chef d’équipe, avoue spontanément son oubli capital : le matériel d’orientation, indispensable à la construction du parcours à effectuer lors de ce genre de courses. Pour ajouter à la nervosité grimpante, le bus n’arrive pas.  Dès lors, pendant que 2 membres s’empressent de retrouver le matériel, le reste de la « Dream Team » embarque dans la voiture de Mr Moris jusqu’à sa splendide demeure (avec vue sur mer) où son épouse, en déshabillé, nous ouvre la porte, bien étonnée de voir son mari accompagné d’une bande de loustiques.  Juste le temps de déposer nos sacs (odorants pour certains) et de repartir.

Peu avant de rejoindre l’autoroute, on récupère nos deux échappés et nous voilà repartis plein gaz….  Enfin, sur la route, tout le monde embarqué, « Classic 21 » n’aura pas sévi, puisque la « Momo Radio » ne semblait pas capter d’ondes.  Mais le périple de la « momomobile » fut bloqué net quand des bouchons sur 5 Kms nous persuadent de la malchance qui nous frappe. ….

Nous décidons, finalement, de faire demi-tour et d’emprunter la bande d’arrêt d’urgence en sens inverse pour, quelques sentiers de terre plus loin, arriver à destination……

Nous entamons la première boucle par une épreuve souterraine….. Nous échouerons au parcours de la mine, en partie à cause du second oubli capital de la journée de notre capitaine « tête en l’air » : j’ai été  abandonné dans l’obscurité la plus complète tandis qu’Antoine et Yves rejoignaient la sortie avec l’unique torche de lumière à la main.  La première course d’orientation pu être entamée avec sérénité.  On gère la construction de la carte ainsi que les nombreuses épreuves qui nous étaient proposées.  Nous avançons bon train, à tel point que les plus contemplatifs prendront même le temps de faire une courte pause en vue d’admirer la beauté du paysage ardennais.  La course est longue et nous partons à la recherche de toutes les balises (obligatoires et intermédiaires).  Nous perdons notre chemin, les notions du nord et du sud divergent selon les coureurs, mais malgré tout, nous trouvons le bon itinéraire à suivre.

Au bout de ce parcours, nous aurons enchaînés les bons résultats dans les épreuves et auront même battu des records à plusieurs reprises.  Autrement dit, bonne première prestation !

Le temps d’apporter du sang neuf à l’équipe, (Charlotte et François rejoignent  nos intrépides  coureurs) qu’il faut s’empresser de parcourir 3 Kms en kayak sur une Semois on ne peut plus calme.  Ayant les bras lourds, c’est aux membres postérieurs d’assurer la cadence pendant le « Run and Bike ».  Seul un petit pépin physique (le souci respiratoire de Charlotte) retarde nos quatre comparses ils n’influenceront pas pour autant la célérité de la course.

Pendant ce temps, Sophie et moi, étant restés au bivouac, accompagnons gaiement le groupe du « Beach Volley Team », tandis que nos archés : Yves et Charlotte achèvent le parcours en mettant dans le mille au tir à l’arc. A peine le temps pour l’équipe de rentrer au bercail et d’opérer un changement réfléchi : le remplacement du bien heureux Yves pour le vaillant Léonard, et voilà, de nouveau, nos quatre fantastiques repartant tambour battant sillonner la forêt ardennaise pour la boucle finale.

D’emblée, le podium s’éloigne, conséquence d’un contre-temps cartographique. Ne pouvant évaluer alors leur rang, par rapport aux autres équipes, notre bon vouloir et notre foi inébranlable en la victoire nous permettent une avancée fulgurante.  Etonnamment, rien ne nous résiste, et  nous réalisons des temps record dans les épreuves intermédiaires.  Cette boucle animée par le rafting, le death-ride et le château gonflable était, malgré l’épuisement de la fin de la journée placée sous le signe de l’amusement.

D’ailleurs, une fois rentrés au bercail et ayant pris la direction de la douche, l’ambiance reste au beau fixe et les chansons paillardes se succèdent.  Mais fini de rire puisque nous voilà à la proclamation des résultats, réunis avec les membres du beach.  Le stress monte, la tension est palpable, mais lorsque la 7ème place est annoncée et que le nom du Collège n’a toujours pas été prononcé, tout espoir était devenu illusoire.

Et puis, au plus grand étonnement de chacun, la superbe 6ème place nous fut remise sous des tonnerres d’applaudissements et des regards jambois et gesvieux envieux !

Cette journée aura marqué notre carrière sportive, ainsi que nos esprits.

 

Nous tenons, tout particulièrement à rendre hommage à celui sans qui notre participation

 n’aurait pu être possible : notre bien aimé conducteur

                                                       ce cher Monsieur Moris.                                                      

                                                                                                                                           

                                                                                                                                                                   Léonard Leroy

      6ème B

_________________________________________________________________________________

Mise à jour : 27/06/2008

sur ce site

© Copyright 2008 / droit d'image                                                                                                                      webmaster webmaster.cndp@gmail.com