PIECE DES RHETOS 2008 : "DESTINS CROISES"        100 photos

 

Durant trois soirées, les 18, 19 et 20 avril 2008, quarante-quatre élèves de rhétorique du Collège Notre-Dame de la Paix ont présenté une fresque contemporaine à grandeur humaine de vies qui se croisent au gré des  aléas du quotidien.  Le décor, le cadre de vie de ces destins : le hall d’entrée d’un immeuble cossu et bourgeois à Bruxelles.

Et déjà, vous plongez, bien malgré vous, dans la spirale d’a priori tenaces, dans le tourbillon de préjugés chroniques, dans la tourmente inéluctable des choses de la vie. Qu’ont cherché les metteurs en scène au travers des textes et musiques à nous transmettre ? Que souhaitent nous communiquer ces acteurs tous fidèles à leur personnage ? Qu’attend le public en venant voir cette pièce intitulée « Destins croisés » mise en scène par Marie-Cécile SAMSON (professeur), avec la participation musicale avisée de François MARINX (ancien élève) et la collaboration de Kathleen ELOY (professeur et ancienne élève) ?

Etonnamment, après avoir assisté à la représentation, une première impression s’impose. L’histoire s’articule autour de quatre personnes par essence discrètes, transparentes et insignifiantes, quatre stéréotypes à qui  d’habitude, on n’accorde aucune importance particulière, quatre petits bouts de femme pour qui le monde, en règle générale, s’indiffère : la concierge de l’immeuble, la clocharde alcoolique, la personne de nationalité étrangère en charge de l’entretien des appartements particuliers et la petite fille de 12 ans désabusée par son univers stérile, mal dans sa peau, révoltée et à l’étroit dans l’appartement de  400 m²  qu’elle partage avec ses parents.

Les voilà donc toutes les quatre sous les feux des projecteurs, en  pleine lumière.  Elles tiennent remarquablement la contradiction délicate d’un rôle secondaire voire accessoire aujourd’hui devenu pour les besoins de l’histoire rôle principal. Etonnant à l’extrême que le bon sens sorte spontanément de leur bouche, laissant l’assistance bouche bée.

La représentation dure trois heures et nous découvrons des personnages issus d’horizons sociaux différents, de cultures métissées, d’ambitions professionnelles à vitesse variable. Trouver sa place, jouer son rôle, oser sa différence, sa singularité et sa particularité pour enfin exister, c’est ce que cette représentation théâtrale nous distille incidemment.

Epoustouflant de réalisme et d’émotions tantôt graves, tantôt amusantes, chaque interprète, chanteur, musicien, acteur devient, dans son registre, une évidence. Du jeune couple qui s’apprivoise au vieux qui se retrouve, des deux sœurs qui se déchirent à la mère que sa petite fille éduque, du père et son fils qui parlent le même langage mais ne parviennent pas à s’écouter, des voisins qui font du bruit au locataire énervé et jaloux qui voudrait bien dormir, du raffinement subtil de la culture orientale à la perception extrasensorielle de la richesse intérieure, des malentendus surréalistes et légers  aux quiproquos absurdes et à peine voilés … les mondes s’affrontent dans leur identité profonde, dans leurs valeurs absolues. Toutes ces scènes sont entrecoupées de créations musicales originales. L’ambiance est donnée. Une atmosphère se crée. L’histoire se colore. La chanson sublime les propos.

 

Pourquoi tant d’énergie déployée à se cacher plutôt qu’à se retrouver, à se séparer plutôt qu’à se rencontrer ? Le temps d’une pièce de théâtre, on y croit pourtant. On croit qu’un monde sans clivages économiques et sociaux est possible, qu’une planète peuplée de différences complices reste un rêve accessible, que le mélange des genres, le brassage des niveaux de vie et l’échange par delà les multiples frontières culturelles et philosophiques sont la seule issue au cul-de-sac dans lequel guerres et révoltes plongent le cours de nos vies.   

Et malgré cette importante distribution et cette affluence fidèle, chacun a pu trouver sa place : décorateurs, couturières, maquilleuses, techniciens régisseurs, cameraman, éclairagistes, musiciens, acteurs, chanteurs, danseurs, metteur en scène, créateur et spectateurs.  Discrets pour les uns, prépondérants pour les autres, chacun a joué son rôle pour réussir le cours de ce moment privilégié, chacun à la poursuite de son destin, chacun à la recherche d’être, pendant un instant, vraiment soi enfin.


Isabelle RONVEAUX - Secrétaire de Direction

  100 photos

 

 

 

_________________________________________________________________________________

Mise à jour : 22/05/2008

sur ce site

© Copyright 2008 / droit d'image                                                                                                                      webmaster webmaster.cndp@gmail.com