EXTREMLAND : Compte-rendu du jeu de rôle

Face à la montée récurrente des extrémismes, l’asbl INCIT / Information & Citoyennetés propose une exposition interactive itinérante pour favoriser la prise de conscience des dangers du discours et de l’action politique des mouvements et partis extrémistes.

Cette expo-animation, sous forme de jeu de rôle et suivi d’un débat, vise à mettre les personnes en âge de voter et plus particulièrement les jeunes à partir de 16 ans, en situation de confrontation personnelle à un environnement dans lequel les théories extrémistes, et en particulier celles de l’extrême droite, sont mises en pratique.
Objectifs

- Découvrir et identifier les discours liberticides des partis d’extrême droite d’hier et d’aujourd’hui, La similitude de leurs objectifs, les différences dans leur méthode et la mise en pratique de leur autoritarisme et de leurs atteintes aux droits et libertés fondamentales.
- Découvrir et expérimenter personnellement de manière pratique leur politique liberticide et leur implication concrète dans la vie quotidienne de chaque individu et des communautés et collectivités qui composent la société
- Analyser ces discours et leur concrétisation sur un plan individuel et collectif.
- Débattre de la citoyenneté et de la démocratie en théorie et en pratique.
- Réfléchir collectivement à des actions de lutte en faveur de la démocratie.

Info et source : http://www.incit.be/fr/spip.php?article22

 

Le 16 janvier 2009, les élèves des deuxième et troisième degrés du Collège Notre-Dame de la Paix ont participé à un jeu de rôle sur l’extrémisme. Dans le cadre du cours de Français, ces jeunes ont accepté de se mettre dans la peau de personnes vivant sous un régime dictatorial.

 

A l’entrée de la salle où l’activité avait lieu, ils reçurent chacun une sorte de carte d’identité sur laquelle étaient notées quelques indications telles que le statut, la nationalité, la profession, le parti politique,… du rôle à endosser.

 

Ils sont ensuite entrés dans un espace entouré et délimité par des panneaux équivalant aux frontières du pays inventé : « la Francophonie ». Sur ces panneaux étaient épinglées de nombreuses choses : une image de prison, beaucoup de photos de ce qui semblait être un dictateur, des lois, des citations, des explications,…

 

A partir de cet instant, les élèves n’étaient plus eux-mêmes et incarnaient ces personnes enfermées dans leur propre pays. Quelques-uns d’entre eux ont été désignés juges et ministres afin d’instaurer des lois plus sévères les unes que les autres.

Certains citoyens, refusant de respecter ces conditions intolérables, ont tenté de réagir, en vain. Sans pouvoir ni soutien de leurs compatriotes effrayés, ils ont vite été soit emprisonnés, soit exécutés.

La « communauté » se retrouva donc de moins en moins nombreuse. Quelques-uns arrivèrent néanmoins à s’échapper, alors que les derniers citoyens succombaient à cette dictature.

 

Le jeu prit fin et l’animateur expliqua enfin aux jeunes le but de cette activité : tester leurs réactions face à l’extrémisme et démontrer l’emprise que possède le gouvernement d’un pays sur son peuple. D’après quelques statistiques, 90 % des personnes ayant participé au jeu se seraient laissées écraser par cette politique.

 

L’organisateur en vint à parler de certains dictateurs, et plus particulièrement d’Hitler. Il énuméra aux élèves certaines citations à propos de ses idées politiques, très marquées, comme celle sur le statut de la femme, qu’il considérait comme bien inférieure à l’homme.

 

Ils conclurent finalement sur cette réflexion : « La politique n’a pas toujours raison. Ne vous laissez pas faire… ».

 

                                                                                              Ysaline Marchione 4D

 

_________________________________________________________________________________

Mise à jour : 20/03/2009

sur ce site

© Copyright 2009 / droit d'image                                                                                                                      webmaster webmaster.cndp@gmail.com