Télégramme de LA FINALE du XIXème tournoi d’éloquence

 

Rédactionnel Tournoi d’Eloquence – XIXème édition

( 28 janvier 2011 au Collège Notre-Dame de la Paix à Erpent)

 

Les six jeunes finalistes du XIXème tournoi d’éloquence du Collège Notre-Dame de la Paix ont conjugué ce vendredi 28 janvier 2011 au futur simple ce qu’André Gide a conjugué au futur antérieur « Quand j'aurai cessé de m'indigner, j'aurai commencé ma vieillesse. ». Et le seuil de la vieillesse a reculé grâce aux discours de six adolescents téméraires, plein de promesses plus que d’idéaux.

 

            Pour les éliminatoires du vendredi 21 janvier 2011, ils étaient onze participants : Clarisse ANCION, Guillaume BLANCHY, Flore BOUCHAT, Florentin GOYENS, Mathilde MARCHANT et six finalistes : Marine BANSE, Lionel CASSART, Charlotte Fumière, Rodolphe MAHOUX, Marie-Christine MIRCEA et Célia NENNEN.

 

            Ils nous ont tous, sans exception, montré qu’oser grandit davantage qu’il n’anéantit. Ce dépassement de soi, ce concours devant un jury inébranlable, ils l’ont tenté sans se dérober. Tous forcent notre admiration et personne n’a de regret.

 

            Le jury présidé par Mr René Noël, professeur émérite aux FUNDP et à l’UCL était composé de membres de l’Association des Anciens, de l’Association des Parents, de représentants de la direction et de professeurs du Collège, de Mr Pierre MARLET (aux éliminatoires), de Mme Véronique GILLION (Librairie Papyrus).  Le jury est renforcé en finale par la présence de Mr David VRIJDAGHS, professeur au département de langues et littératures françaises aux FUNDP et de Mr François CRISPEELS, directeur du département pédagogique de l’IESN.

            Les présentations faites, des six finalistes et de leurs prouesses, je vais essayer de vous laisser quelques traces parce qu’ils le valent bien. « Ce soir c'est le grand bal, mets du fard sur tes idées pâles. »

           Marie-Christine ouvre la finale et ce n’est pas facile. Elle nous avait parlé aux éliminatoires de la perversion. La société, les gens, leur psychologie, leur vie l’intéressent profondément. Elle nous dit : soyons fous, révoltons-nous face aux maux de la société. Elle conclut avec une jolie formule : « Pour être digne de nos héros, commençons par être indignés. »

 

            Marine aux éliminatoires nous a parlé de l’insouciance, de l’inconscience, de l’hyperactivité des jeunes. Elle s’oppose par conséquent presque spontanément à la phrase d’André Gide. Elle nous explique que la vieillesse connaît les dégâts que l’indignation peut causer. Les ainés réfléchissent, les jeunes agissent. Marine veut de l’aventure, de l’action, des épices dans la vie.

 

            Charlotte est sage comme une image. Elle écoute, enregistre, organise les informations et n’osera qu’après mûre réflexion. Charlotte a un don pour raconter de belles histoires. Charlotte songe et partage ses rêves. Et on y croit sans vraiment le vouloir, malgré soi. L’indignation est un effort pour elle mais elle ne demande qu’à apprendre.  L’indignation part d’une idée motrice  mais n’est rien sans un rassemblement d’idées qui vont dans le même sens. « C’est dans le rêve que respirent les âmes, dans le rêve que se glisse la grandeur de l’homme. » : cette phrase de Katherine PANCOL colle parfaitement à la peau de Charlotte.

 

            Lionel ne peut pas s’indigner. Il reconnaît n’avoir aucun motif pour le faire. Aux éliminatoires, il avait confié au public n’avoir rien d’intéressant à dire, c’est pourquoi il avait tant hésité à participer. Mais quand il parle, même s’il croit ne dire trois fois rien, on l’écoute attentivement. Nul doute qu’il pourrait défendre une cause perdue avec succès, juste pour rendre service. Il y a beaucoup de générosité dans la démarche de Lionel, tant de désintéressement pour lui-même, une extrême attention pour les autres. Quelle pudeur, quelle juste timidité si bien surexposée !

 

            Célia, c’est tout le contraire du concurrent précédent. Elle ose, elle s’engage, elle sait où est sa place, elle ne renonce pas, elle provoque, elle n’a peur de rien. Une « Jeanne d’Arc » des temps modernes ! Le sujet de Célia aux éliminatoires : « Le sexe fort en péril !». Célia cite des exemples, se réfère enfin à l’actualité (la Tunisie, Stéphan HESSEL, la manifestation nationale organisée par les jeunes pour avoir un gouvernement), retourne le sujet sur toutes ses coutures, le malmène sous nos yeux ébahis. Célia espère qu’elle ne vieillira pas. Sa recette : être animée par une cause à défendre jusqu’à son dernier souffle.

 

            Rodolphe clôture la soirée. Il a tout juste 17 ans et même si cela vous fait penser à la chanson de Dalida, il nous a parlé des stéréotypes aux éliminatoires. Il ne fallait donc pas s’attendre à un discours classique. Rodolphe aime les défis, n’est pas un littéraire mais plutôt un scientifique. L’indignation, il la respire tous les jours. Elle gonfle son cœur mais il est hors de question qu’elle explose en détruisant davantage qu’en amorçant le changement.

 

Et les heureux gagnants sont :

Le 6ème prix est remis par Mme Marie-Ange BEAUFAYS – Sous-Directrice du Collège à Rodolphe MAHOUX

Le 5ème prix est remis par Mr David VRIJDAGHS – professeur aux FUNDP à Marie-Christine MIRCEA

Le 4ème prix est remis par Mme Pascale RONVEAUX – présidente de l’Association des parents à Lionel CASSART

Le 3ème prix est remis par Mme Pascale RONVEAUX – présidente de l’Association des parents à Marine BANSE

Le 2ème prix est remis par Mr François CRISPEELS – Directeur du département pédagogique de l’IESN à Célia NENNEN

Le 1er prix est remis par Mr David VRIJDAGHS – professeur aux FUNDP à Charlotte FUMIERE

Le prix du public est remis par Mme Véronique GILLION – Librairie PAPYRUS à Célia NENNEN

Le prix de l’Association des Anciens est remis par Mme Ingrid VERHOEVEN – présidente de l’Association des Anciens à Célia NENNEN

Le prix de l’Amicale des professeurs est remis par Mme Julie MARLET – professeur au collège à Guillaume BLANCHY

 

 

Le tournoi est généreusement doté par de fidèles partenaires qui chaque année récompensent fidèlement les heureux gagnants. Ce tournoi est l’initiative de Monsieur Roland GEMINE, professeur, titulaire et coordinateur en rhétorique. C’est le XIXème et dernier tournoi de Monsieur GEMINE. Son engagement, son dynamisme, sa persévérance à motiver plus d’une dizaine d’élèves chaque année depuis maintenant 19 années a clôturé cette soirée riche en émotions. Nous donnons rendez-vous dés cette année aux futurs élèves de rhétorique en 2012 pour la 20ème édition.

 

 

Isabelle RONVEAUX – Secrétaire de Direction

30 janvier 2011

 

_________________________________________________________________________________

Mise à jour : 04/02/2011

sur ce site

© Copyright 2011 / droit d'image                                                                                                                      webmaster webmaster.cndp@gmail.com